Boys, Pierre Théobald

Être un homme aujourd’hui, ça veut dire quoi ? Plutôt que de chercher à donner une réponse unique et définitive, Pierre Théobald raconte 17 instantanés de vie masculine en ce début de XXIe siècle. Alex, Théo, Léon, Fred, Gilles et tous les autres se dévoilent ainsi chacun sur quelques pages, à un moment clé de leur vie. Et puis, il y a Samuel, que l’on retrouve plusieurs fois au fil de ces nouvelles qui finissent par s’entremêler.

Boys Pierre Theobald

Lire la suite

Publicités

Les mains de Louis Braille, Hélène Jousse

Le principe des biographies romancées, c’est de nous faire découvrir la vie d’une personne en se permettant de combler les blancs par des pages dont on ne pourra jamais garantir la véracité sans que cela falsifie pour autant les grandes lignes de la vie de la personnalité dont il est question. On a donc droit à des dialogues, à des monologues intérieurs, des ressentis… autant de procédés littéraires qui nous rapprochent du héros et qui nous éloignent de la biographie rigoureuse d’un historien. On aime ou on n’aime pas, mais ça se fait de plus en plus.

Les mains de Louis Braille Helene Jousse

Lire la suite

Les heures solaires, Caroline Caugant

A 17 ans à peine, Billie a fui son enfance, sa mère, son village. Elle est montée à Paris se cacher, pour oublier. Tout oublier. Et se reconstruire aussi. Les années ont passé, mais au fond d’elle reste ce poids, cet indicible qui la tiraille. C’est plus que ce qui est arrivé cet été-là, c’est une accumulation de non-dits qu’elle porte en elle sans réellement en saisir la portée. Elle est devenue artiste pour essayer d’exprimer son mal-être, elle l’extériorise à coup de fusain noir. Une thérapie qui ne semble pas porter ses fruits. Et voilà qu’un jour, elle apprend la mort de sa mère. Elle s’est noyée dans la rivière. Tout un symbole vu le passé de Billie.

Les heures solaires Caroline Caugant

Lire la suite

Suiza, Bénédicte Belpois

Il y a des romans que l’on n’arrive pas à aimer et que, pourtant, on lit en entier parce qu’on veut savoir où l’auteur souhaite aller. Suiza fait partie de ceux-là. J’ai été très gênée par ce que je lisais, pas par les scènes de sexes crues (un sujet que je trouve juste ennuyant dans un livre), non, mais par la situation générale qui était décrite. Au premier abord, on a l’impression que les choses s’améliorent pour les personnages principaux (du moins jusqu’au coup de théâtre final), en y repensant au moment d’écrire cette chronique, ça m’est en fait apparu de plus en plus infâme. J’avais été traversée par des sentiments contradictoires pendant ma lecture, avec le recul, ils ont laissé place à du dégoût pur et simple.

Suiza Benedicte Belpois

Lire la suite