Boys, Pierre Théobald

Être un homme aujourd’hui, ça veut dire quoi ? Plutôt que de chercher à donner une réponse unique et définitive, Pierre Théobald raconte 17 instantanés de vie masculine en ce début de XXIe siècle. Alex, Théo, Léon, Fred, Gilles et tous les autres se dévoilent ainsi chacun sur quelques pages, à un moment clé de leur vie. Et puis, il y a Samuel, que l’on retrouve plusieurs fois au fil de ces nouvelles qui finissent par s’entremêler.

Boys Pierre Theobald

Lire la suite

Publicités

Les mains de Louis Braille, Hélène Jousse

Le principe des biographies romancées, c’est de nous faire découvrir la vie d’une personne en se permettant de combler les blancs par des pages dont on ne pourra jamais garantir la véracité sans que cela falsifie pour autant les grandes lignes de la vie de la personnalité dont il est question. On a donc droit à des dialogues, à des monologues intérieurs, des ressentis… autant de procédés littéraires qui nous rapprochent du héros et qui nous éloignent de la biographie rigoureuse d’un historien. On aime ou on n’aime pas, mais ça se fait de plus en plus.

Les mains de Louis Braille Helene Jousse

Lire la suite

Les impatients, Maria Pourchet

À peine trente ans, elle a déjà tout réussi : ses études, ses premiers jobs, sa vie amoureuse. Elle, c’est Reine, l’héroïne du roman de Maria Pourchet, Les Impatients. L’histoire se déroule de nos jours, Reine est donc une millennial, cette tribu de jeunes  ambitieux nés entre le milieu des années 1980 et l’an 2000 qui veulent tout, tout de suite et ne visent que le succès. Côté boulot, ce sont les derniers arrivés sur le marché du travail, et personne ne les y attend. Pour avoir un poste, il faut faire ses preuves, montrer qu’on en veut toujours plus. Ça tombe bien, Reine a de l’énergie à revendre.

Les Impatients Maria Pourchet

Lire la suite

Annie Spratt - Unsplash

De l’importance littéraire des romans pour enfants

Je pourrai écrire une nouvelle chronique sur le dernier tome des aventures de ma ghostwriter préférée, Vani Sarca, mais comme les livres d’Alice Basso ne sont pas traduits en français, j’ai bien conscience que c’est moyennement intéressant pour vous, lecteurs. Je l’ai déjà fait, et statistiques à l’appui, je me rends compte que ce n’est pas la meilleure façon de vous en parler ! Donc, pour changer, je vais tout simplement partager une citation tirée de Un caso speciale per la ghostwriter (et traduite par mes soins), qui revient sur la puissance littéraire des romans pour enfants. Lire la suite