Des livres & l’art #10 : exposition « Hergé : une vie, une œuvre » au Château de Malbrouck

Si comme moi, vous aimez les aventures de Tintin et Milou, précipitez-vous en Lorraine ! Le château de Malbrouck (celui de la chanson Malbrouck s’en va en guerre, je ne savais pas qu’il existait pour de vrai !) accueille jusqu’au 30 novembre 2019 une belle exposition consacrée à Hergé, le père de ces deux héros du 7ème art. Préparez-vous à une visite aussi instructive que réjouissante !

Logo Deslivresetlart

En cette année 2019, on célèbre les 50 ans du premier pas sur la Lune. C’est oublier un peu vite que Tintin y était déjà allé 15 ans plus tôt. On a marché sur la Lune est en effet sorti en 1954. Qu’importe, le clin d’œil avec l’actualité est évident puisque dès que l’on pénètre dans la cour du château, on est accueilli par une réplique de la mythique fusée de Tintin, pas forcément grandeur nature, mais assez imposante pour animer une cour pour le reste très sage.

Herge fusee Tintin.jpg

L’exposition occupe presque tous les espaces libres du château. Et il y en a. On n’imagine pas en le voyant qu’avant 1989, c’était une ruine. Il a fallu presque dix ans de travaux pour le réhabiliter. En voyant les photos de l’époque, on comprend mieux pourquoi il n’est pas resté dans son jus, et l’utiliser comme cadre pour des expositions temporaires est certainement la meilleure façon de le valoriser.

Le thème de l’expo n’est pas Tintin mais bien son créateur. L’exposition est chronologique, on commence par la jeunesse de George Rémi, ancien scout qui commence très tôt à dessiner. Avec un sacré coup de crayon et déjà beaucoup d’imagination ! Hergé a à peine 22 ans lorsqu’il développe les premières aventures du plus fameux reporter du Petit Vingtième, Tintin. Dès la seconde salle de la visite, nous voilà plongé dans l’ambiance des albums de ce héros en culotte courte.

Herge autocaricature

Autocaricature d’Hergé parue dans le Journal de Tintin du 25 septembre 1947

Entre les documents d’archives, les originaux, les vidéos et les reproductions XXL de dessins, on en apprend beaucoup sur l’homme, son œuvre et sa manière de travailler. Mais surtout, on s’amuse beaucoup. La mise en scène est très réussie, j’ai beaucoup aimé la salle d’Opération Lune, la colonne d’avions et la collection de voitures. Ces deux dernières illustrent particulièrement bien la créativité et l’imagination d’Hergé, mais aussi l’attention qu’il portait au travail préparatoire de documentation (il était semble-t-il extrêmement méticuleux sur ce point, avec un système de classement digne d’un bibliothécaire et un fond documentaire à faire pâlir d’envie certaines institutions).

Si je ne devais retenir qu’une chose de cette visite, c’est cette citation d’Hergé : « A de rares exceptions près, les couleurs sont appliquées en aplats, c’est-à-dire en ne tenant pas compte ni des ombres ni des dégradés. Cela donne, à mon sens, une plus grande lisibilité et une plus grande fraîcheur aux dessins ». Je n’y avais jamais fait attention, mais maintenant que je le sais, ça me saute aux yeux ! En plus, j’ai enfin compris ce qu’était un aplat.

L’inimitable capitaine Haddock, autre héros de la série

De même, j’ai appris que la manière de dessiner d’Hergé, qui privilégie un « contour systématique avec un trait noir d’épaisseur relativement régulière », « [met] en couleur en aplat, sans ombrages ni dégradés » et « rechigne […] à l’utilisation de la hachure » est représentative de l’école de la « ligne claire ». Les dessinateurs qui s’y retrouvent créent des histoires aux trames ordonnées (un début, un milieu et une fin) et « des décors aux accents des plus réalistes ». Mais j’ai aussi appris qu’Hergé et Edgar Jacobs (le créateur de Blake et Mortimer, autre série que j’aime beaucoup) étaient très amis, au point de Jacobs est représenté dans certaines cases de différentes aventures de Tintin ! Hergé s’est aussi dessiné plus d’une fois parmi les badauds ou les invités d’honneur (notamment dans la scène du gala dans Le sceptre d’Ottokar), et les initiés reconnaîtront encore d’autres proches d’Hergé dans les foules.

L’exposition nous balade dans tout le château, on passe même par les remparts sur lesquels flottes des drapeaux aux couleurs de Tintin et ses amis, et on ne s’ennuie pas un instant. Un peu d’histoire, un peu de culture, beaucoup de plaisir : cette expo est 100% réussie !

« Hergé : une vie, une œuvre »
Château de Malbrouck (à Manderen – 57)
Jusqu’au 30 novembre 2019

Toutes les photos de l’article sont de moi.

Publicités

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s