Juste un peu de temps, Caroline Boudet

Sophie a toujours donné l’image de la fille parfaite, et une fois mariée, de la femme parfaite. Ses amies lui envie sa silhouette fine malgré trois grossesses, ses collègues son organisation impeccable qui lui permet de jongler entre vie pro et vie perso sans ciller. Avec Loïc, cela fait douze ans qu’ils forment un couple parfait. Ils ont quitté Paris pour Rennes, et trouver leurs repères dans un quotidien tranquille qui ne les empêche pas d’être toujours aussi amoureux. Mais Sophie est-elle heureuse ?

Juste un peu de temps Caroline Boudet.jpg

Sophie s’est glissée dans un moule, sans s’en rendre compte. A 36 ans, elle réalise soudain que sa vie n’est pas du tout celle dont elle avait rêvée plus jeune. Professionnellement, elle est à des années-lumières de ce qu’elle imaginait, ayant pris un mauvais tournant le jour où elle a annoncé à sa DRH qu’elle était enceinte. À la maison, ce n’est plus une famille mais une mini-PME où il faut gérer la logistique, les approvisionnements, les emplois du temps… Certes, Loïc est là, mais il est bien loin de la soulager vraiment dans les tâches quotidiennes et familiales.

Alors un beau matin, Sophie s’en va. Elle largue les amarres pour s’offrir « juste un peu de temps ». Une après-midi sans aucun engagement, juste pour elle. Le rêve. Au point qu’elle prolonge son escapade à Saint-Malo jusqu’au lendemain. Pas de programme, pas d’horaires, pas d’obligations : la liberté. Sophie respire enfin et se retrouve. Mais s’enfuir n’est pas la solution, elle a bien conscience que sa vie, c’est aussi être avec les siens. Il y a juste quelques changements à mettre en place pour que son quotidien se réenchante. Cette escapade sera, elle en est sûre, un tremplin pour repartir du bon pied.

Sous son air presque léger (la couverture semble annoncer un feel-good book), Juste un peu de temps met le doigt sur un sujet très dur, qui a fait la une des médias il y a quelques temps : la charge mentale. Il révèle aussi son corollaire, le burn-out maternel. Un cocktail détonnant qui peut mal tourner si l’on n’arrive pas à repérer les signes avant-coureurs.

Sophie pourrait être notre voisine de palier, notre meilleure amie… ou peut-être même notre double. Elle avance et serre les dents, fait ce que l’on attend d’elle – du moins d’elle dans l’image qu’elle projette depuis si longtemps – et n’arrive pas à dire « non » ou « stop ». Deux mots qui peuvent pourtant tout changer. Encore faut-il être prise au sérieux et réellement comprise dans cette envie de tout remettre à plat. Promettre de changer, de s’impliquer davantage, c’est une chose. Le faire concrètement en est une autre.

Juste un peu de temps
Caroline Boudet
Stock

logo 68J’ai lu ce livre dans le cadre de la session d’automne
2018 des 68 premières fois. Merci à toute l’équipe !

Publicités

4 réflexions sur “Juste un peu de temps, Caroline Boudet

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s