Apprendre à lire, Sébastien Ministru

Apprendre à lire - Sébastien MinistruIls sont trois au cœur de ce roman : un père analphabète, un fils homosexuel et un jeune prostitué. Ce trio improbable, Sébastien Ministru le transforme en un intense mais fragile triangle relationnel le temps de son premier roman, Apprendre à lire.

Journaliste devenu patron de presse, Antoine s’est construit une vie tranquille avec son compagnon, Alex, et ne laisse que peu de divertissements rentrer dans son quotidien : il n’aime pas les voyages ni les restaurants. Il exècre les soirées mondaines où il doit faire acte de présence puisqu’il vit avec un artiste reconnu et les pots de Noël à la rédaction qui dérapent toujours entre collaborateurs à la recherche d’un coup d’un soir. Sa seule fantaisie, c’est de s’offrir trois ou quatre fois par an des relations tarifées avec des prostitués puisque, entre Alex et lui, la relation est devenue platonique.

Côté famille, il lui reste son père, avec lequel les relations ne sont pas simples. Le vieil homme, veuf, ne laisse pas facilement venir la confidence. Pourtant Antoine aurait des questions à lui poser, sur leurs histoires respectives, sur le passé proche ou lointain. Finalement, Antoine ne sait pas grand chose sur son père, si ce n’est qu’il est Sarde, n’est pas allé à l’école petit et a vécu quelques temps avec une ex-prostituée lorsqu’il s’est retrouvé veuf. En bon  fils, il passe le voir chaque semaine, mais c’est plus pour l’intendance que pour échanger réellement avec ce vieillard qui passe sa journée devant la télé.

Et voilà qu’un jour, à plus de 80 ans, le père demande à son fils de lui apprendre à lire. Face à cet homme bourru qui avoue pudiquement sa faiblesse, Antoine est pris de court. Incapable de faire face à la tâche, il se tourne vers un jeune prostitué qu’il vient de rencontrer et qui suit des études pour devenir professeur tout en rêvant de rejoindre l’Australie.

Ron entre dans la vie des deux hommes et devient la pierre angulaire d’un trio qui n’avait aucune raison de se former. Au fur et à mesure qu’il apprend à lire et à écrire au vieil homme, il s’insinue dans la relation entre un père et son fils et retisse délicatement les liens qui s’étaient effilés au fil des silences, des non-dits et des regrets.

« Mais à quoi ça va te servir de savoir lire ?
– A quoi ça va me servir ? Mais à lire. Peut-être que lire, ça fait mourir moins vite ».

Derrière le grand classique de la relation père-fils, Sébastien Ministru aborde une large palette de thèmes, certains en trame de fond (vieillesse, analphabétisme, immigration, homosexualité, prostitution, couple), d’autres en filigrane (rôle des médias dans la construction d’une vision du monde, délitement des liens sociaux, transmission de l’histoire familiale…). C’est donc une lecture riche, aux multiples niveaux de lecture, portée par un récit plein d’empathie et de tendresse.

Apprendre à lire m’a offert un point de vue que je n’avais pas encore croisé dans mes escapades littéraires : celui d’un homme, homosexuel, approchant la soixantaine et dont la carrière est déjà construite. Il en découle un regard sur la vie, le quotidien et les relations familiales bien différent du mien et que j’ai beaucoup apprécié.

Apprendre à lire
Sébastien Ministru
Grasset

J’ai lu ce livre dans le cadre de la session de printemps 2018 des 68 premières fois. Merci à toute l’équipe !

Publicités

3 réflexions sur “Apprendre à lire, Sébastien Ministru

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s